Votre ACTUALITE AKIBA de ce jour, par Ludovic.

DOUALA: EFFONDREMENT D’UN IMMEUBLE DE 4 NIVEAUX

L’effondrement d’un immeuble de 4 niveaux, samedi, à Douala, n’a fait aucun décès. Des individus avaient été pris au piège sous les décombres.
Il s’agit d’une famille qui n’a pas pu quitter le bâtiment avant l’effondrement. C’est ce que les autorités municipales ont indiqué, ce dimanche. Cependant, on note des dégâts matériels considérables.
Selon la Crtv, le maire de la ville de Douala s’est rendu sur le site de l’effondrement, sis au quartier Beedi. Le bâtiment abritait, dit-on, des habitations et des commerces.

CORONAVIRUS: LE CAMEROUN APPROCHE LES 6000 CONTAMINES ET 200 MORTS

Les derniers chiffres révèlent que la propagation de la contamination se poursuit.
En cinq jours, le Cameroun a enregistré près de 1000 cas de contamination au coronavirus. En effet, le 25 mai dernier, le pays comptait 5044 cas. Le 30 mai, le décompte du ministère de la Santé publique annonce 5904 cas de contamination. C’est 245 nouvelles contaminations en 24h.

CAMEROUN-PEDOPHILIE: UN QUINQUAGENAIRE SEVEREMENT TABASSE POUR VIOL

Le dénommé Issofa, quinquagénaire, a été victime de la justice populaire pour avoir été surpris en train d’abuser d’une jeune fille mineure, ce vendredi 29 mai 2020 à Douala.
« Ma fille m’a dit que chaque fois quand je pars au marché, il l’appelle pour l’emmener au lit, lui enlever le caleçon et la toucher avec son se’xe », raconte la maman de la victime . En effet, ce ne serait pas une première pour le dénommé Issofa qui s‘est fait prendre la main dans le sac au matin de ce vendredi 29 mai 2020. C’est une des tantes de la jeune fille abusée qui a mené sa petite enquête après avoir entendu les enfants parlé de ce drame, en cachette, plusieurs fois depuis quelques semaines déjà. « Il y’a deux semaines, j’étais assise de l’autre coté en train de prendre de l’air.

C’est là où la petite fille commence à pleurer avec ses amis en disant qu’elle n’aime pas ce qu’on lui fait ici au quartier. Elle disait qu’une fois, ils sont entrés dans la chambre, le type là a enlevé son caleçon, puis il s’est déshabillé à son tour, et après il est monté sur elle », explique la tante de la victime. Selon elle, le bourreau s’en prend aussi à un membre de sa propre famille : « Ce monsieur a aussi « déviergé » sa propre fille, et maintenant il veut en faire pareil avec les enfants des autres ».
Alerté, le voisinage a décidé d’en découdre avec le présumé « violeur ». Mais heureusement, ce dernier a eu la vie sauve grâce à une patrouille des forces de maintien de l’ordre qui passait sur la scène du rififi par un pur hasard. Issofa médite son sort actuellement dans une cellule du 9eme arrondissement de la cité économique en attendant que cette affaire soit réglée.

PRISON CENTRALE DE DOUALA : TROIS DÉTENUS SOUS LES FLAMMES
Un incendie s’est déclaré ce jeudi 28 mai 2020 vers 15h, au niveau des dortoirs de la célèbre maison d’arrêt de la capitale économique camerounaise. Le bilan provisoire fait état de cinq blessés dont deux soldats du feu.
L’incendie de la prison centrale de Douala de cet après-midi remet au goût du jour la question de la surpopulation carcérale au Cameroun. Si les sapeurs pompiers sont arrivés sur les lieux du drame quelques minutes après avoir été alertés, leur accès aux dortoirs n’a pas été facile. Leurs opérations sont rendues difficiles par la configuration carcérale. « La forte population carcérale qui s’y trouve ne rend pas notre mission facile », regrette le chef des sapeurs pompiers, qui dit ignorer l’origine des flammes.
Construite pour 800 personnes, la prison centrale de Douala compte actuellement près de 3000 détenus.

CAMEROUN: CROISADE CONTRE LE TRAFIC D’ORGANES DANS LE DEPARTEMENT DU NOUN
Des gendarmes interpellent de nombreux suspects et ravisseurs d’enfants.
Des scènes macabres de tueries sont fréquentes dans le département du Noun, région de l’Ouest. Comme en témoigne d’ailleurs celle qui s’est déroulée le 20 mai dernier, en pleine célébration tacite et confinée, de la fête dédiée à l’unité nationale. La chasse à l’homme a été ouverte. Il est environ 09 heures; des fortes escortes de gendarmes à bord d’un véhicule de service, effectuent une descente au lieu dit « Snackbar Dubaï», près du centre ville, à Foumbot. Une opération rendue possible grâce aux renseignements recueillis auprès des populations riveraines. Laquelle a alors permis d’interpeller trois individus en possession d’ossements humains qu’ils voulaient livrer.
Malheureusement les infortunés ont été stoppés net dans leurs foireuses malversations. Des analyses d’un médecin légiste démontrent qu’il s’agit de l’ossature complète en fin de putréfaction d’une adolescente âgée de 15 ans décédée quelques années plus tôt. L’enquête suit son cours pour dénicher tout ce réseau maffieux de profanation des tombes et d’exhumation des restes.

Ludovic Ewandje

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *